Si l’aventure vous intéresse, qu’ils disaient? Et bien le Costa Rica vous en promet de belles. Pays encore quelque peu sauvage, le tourisme commence à y être de plus en plus important par contre. C’est maintenant qu’il faut en profiter. Lors de la préparation de notre voyage, la saison des pluies nous hantait un peu. Au total : une journée et soirée de pluie, une nuit de pluie et quelques ondées lors de nos déplacements. Rien pour nous arrêter… de toute façon, n’est-ce pas ça l’aventure?

Nous sommes partis de Montréal direction San Josée (Alajuela en réalité). À notre arrivée, un seul objectif : quitter au plus vite la ville pour se rendre à Ojochal, à plus de 5h30 de route, notre campement de base pour les 7 jours suivants. Plus facile à dire qu’à faire. Malgré le GPS, nous nous sommes royalement perdus, ce qui accentuait le désir de retrouver le côté sauvage du pays. Après un arrêt pour réfléchir, nous nous sommes aperçus que nous n’avions pas fait de remise à zéro sur le GPS!!! Le Costa Rica c’est l’aventure comme je le disais plus haut, alors qui dit aventure, dit 4X4! La location de voiture est toujours un casse-tête pour moi. Il est en effet difficile de bien comprendre les assurances incluses ou non, obligatoire ou non, etc. Nous avons fait affaire avec Tout Costa Rica, une organisation sans but lucratif qui s’occupe de bien aider les gens en visite dans le pays. Un site internet à ne pas manquer et une manne d’information. Bref, la location, par leur entremise s’est passé les deux doigts dans le nez! Vraiment chapeau. Un petit jeep de style Jimmy vert nous attendait, propre et en état.

On s’installe…

Maisonnette Diquis Del Sur
Maisonnette Diquis Del Sur

C’est au Diquis Del Sur que nous installons nos pénates pour les 7 jours suivants. Un immense terrain avec une végétation luxuriante et bien entretenu. Deux hôtes exceptionnels (Renée et Pierre), des déjeuners succulents et une aide facile pour les différentes réservations d’activités et ce n’est pas le choix qui manque. Nous logions dans une petite maisonnette (oui je sais c’est un beau pléonasme) dont nous aurions dû partager la cuisinette, mais comme nous étions les seuls clients pour cette période, nous avons eu l’espace à nous seuls. Le silence total, ne serait-ce que les bruits plus qu’agréables de la jungle autour. Imaginez-vous faire réveiller par des singes hurleurs grand comme un chat, mais hurlant comme King Kong! Impressionnant. Inutile de vous dire que nous avons été traités aux petits soins par nos hôtes, mais ils ne sont pas envahissants, au contraire. Il est certain que c’est un endroit de prédilection et de choix. De plus, le petit village d’Ojochal étant situé dans les montagnes, la vue est superbe.

Où manger…

Ojochal est un très bel endroit typique et moins touristique. Une des villes les plus australes du pays (seulement 1h30 du Panama). On y mange très bien, particulièrement au Citrus (cher, mais l’un des meilleurs repas du voyage). Au Tilapia El Pavon : ce qui se trouve dans ton assiette, tu le pêches! Ça ne peut pas être plus frais.

La chute d'El Pavon
La chute d’El Pavon

Deux façons : à la plancha ou fritto. Perdu dans la jungle, et quand je dis dans la jungle… quand vous pensez être perdu sur le chemin de terre qui monte en tournoyant, ben continuer, vous n’y êtes pas encore. C’est un endroit tranquille et dépaysant. Lorsque vous dinez au restaurant, vous avez accès à la chute tout en face. Entre vous et moi, il n’y a pas de garde ou de clôture alors je ne vois pas pourquoi vous ne pourriez pas y aller. Cet arrêt à lui seul vaut le détour, un endroit isolé et merveilleux, le genre d’endroit que l’on voit dans les films. Malgré l’eau glaciale, une saucette est nécessaire. Faites attention aux crampes après mangé comme disais nos mères dans le temps.

Quoi y faire…

Autour d’Ojochal, il est facile de se balader sur de courte distance pour y découvrir d’autres villages. J’en ai profité pour aller faire de la plongée avec une équipe de Playa Hermosa pour Isla Del Cano, un récif rempli de requin ‘white tip’ et une dérive parfaite. Excursion à cheval dans les montagnes d’une durée de 3 heures en direction des Cataratas (chutes) de Nauyaca, un autre incontournable de la région.DSC_7853 Randonnée dans le parc du Corcovado accompagné d’un guide extra pour faire des découvertes fascinantes de la faune et la flore, j’y ai même mangé des termites vivants! Excursion dans les mangroves, dépaysement total avec les singes et les crocos! Une seule déception, le parc Manuel Antonio pour l’agressivité des guides (on se sent pris d’assaut). Par contre, le parc et, surtout sa plage, vaut la peine d’y passer au moins une demi-journée, la route pour s’y rendre aussi, le village en montagne est magnifique. Avis au voyageur, la location d’un guide est inutile puisque les animaux sont vus partout et facilement (un truc, quand vous voyez un attroupement, arrêtez et tendez l’oreille).

Nous sommes restés dans cette région 7 nuits en tous. Dans un prochain texte, je vous raconterai l’aventure vers le nord du Costa Rica.

Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez surtout pas, nous aimons vous lire.

*cet article fut publié initialement sur le site de blog and the city.

Commentaire(s)

commentaires

Write a Reply or Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *