Il est possible d’économiser beaucoup sur les vols. Par exemple, lors de mon voyage à Barcelone il y a deux ans, j’ai trouvé un vol aller/retour pour seulement 458$. Bon OK, départ à 17h00 de Montréal, escale à Daho de 7 heures, ensuite arrêt à Frankfort pour 10 heures pour finalement faire une dernière escale à Paris d’une heure. Bref le vol arrivait 2 jours plus tard ce qui aurait fortement hypothéqué mon temps là-bas. Je n’ai pas pris ce vol bien évidemment, amis je me suis demandé s’il y avait des possibilités de voyager à moindres frais.

Plusieurs rumeurs circulent sur le web concernant le meilleur moment de la semaine pour partir, quand acheter son billet et où l’acheter. Dans mon dernier billet de blogue, je vous parlais de mon plaisir à préparer le voyage. L’achat du vol est de loin, celui que je préfère. Il confirme le départ, c’est l’aspect du voyage le plus difficile à changer et/ou à rembourser au besoin, donc c’est une confirmation que le voyage aura bel et bien lieu.

Farecompare est probablement ma bible. Ils proposent une panoplie de trucs qui sont testés par leur équipe. C’est le site auquel je me réfère le plus. J’aime bien leurs trucs et leurs études.

La première règle que je pourrais vous donner est de ne jamais acheter un vol plus de 3 mois et demi avant votre départ. Les compagnies aériennes ne ‘travaillent’ pas vraiment leurs prix avant 3 mois. C’est à partir de ce moment que les lignes aériennes vérifient les capacités et réduisent les tarifs. Attention à ne pas acheter trop à la dernière minute non plus. Une bonne technique serait de vous programmer des ‘alertes de vol’. Les sites Skyscanner et Evolution offrent des possibilités très intéressantes.

Il n’y a pas vraiment de meilleur site qu’un autre pour acheter. Le plus important est de magasiner. Si vous voulez acheter une paire de chaussures Merrell, vous iriez voir plusieurs magasins, c’est la même chose pour les vols. Sachez que la compagnie aérienne elle-même n’offre pas toujours les meilleurs prix. Disons que je craque pour Google Flight et Skyscanner.

Vous n’êtes pas regardant et pas pressé? Le ‘dernière minute’ peut s’avérer une alternative intéressante. En partant du principe que vous avez des dates flexibles et une destination tout aussi flexible, vous pourriez attendre la veille de votre départ et acheté à ce moment, ou encore mieux, directement de l’aéroport. Par contre, il faut prévoir des vêtements pour toutes les températures. On ne sait jamais où ça nous mènera.

Essayer de toujours acheter vos billets le mardi entre 11h00 au 15h00 et de partir le mardi, mercredi ou samedi. Les départs du vendredi et dimanche sont souvent les plus chers parce que la majorité des gens veulent profiter au maximum de leurs vacances (partir le vendredi soir et revenir le dimanche avant le retour au travail) et les compagnies aériennes le savent. Soyez flexibles dans vos heures de départ, le premier vol du matin est souvent le moins cher, mais il faut se lever très tôt, sinon, les vols ‘red eye’ sont aussi intéressants (départ très tard le soir pour une arrivée très tôt le lendemain matin). Des vols avec escales peuvent aussi être un moyen d’économiser, mais augmente considérable le temps de déplacement. Je vous proposerai d’ailleurs dans un prochain billet de blogue, une liste des meilleurs aéroports où y passer la nuit. Partir d’un autre aéroport est aussi une possibilité. Même arriver dans un aéroport différent de celui prévu peut être une option intéressante, un calcul de logistique est à prévoir parce que les frais de transport entre le point de départ (arrivée) et l’aéroport peuvent faire sauter la caisse.

Finalement, il y a une étude, intéressante, qui propose d’acheter un billet à la fois. Cette étude est basée sur le principe que les compagnies aériennes offrent, par exemple, 5 places à 100$, ensuite 10 à 200$ et les autres à 400$. Si vous êtes deux personnes et qu’il ne reste qu’un billet dans la première catégorie, le système vous place automatiquement dans la deuxième catégorie, donc vous payer 400$ pour deux places. Si vous les aviez achetées séparément, vous auriez payé seulement 300$. Disons que c’est une technique intéressante, mais plus incertaine. Par contre en partant du principe que la grande majorité des transporteurs offre la possibilité d’un remboursement dans les 24 heures suivant l’achat, le jeu en vaut peut-être la chandelle.

Voilà, en bref, quelques trucs parce qu’il y en a plusieurs. En résumé, si vous êtes prêt à faire 3 escales, 350 km de route et perdre 12 heures, il y a peut-être moyen d’économiser 100$.

Et vous? Avez-vous un truc à partager?

*cet article fut publié initialement sur le site de blog and the city.

Commentaire(s)

commentaires